Cheveux crépus, arrêtons le massacre !

Black beauty, 3ème partie

 

Chapitre 3

Black heat, 1920/1940

 

Le 2 octobre 1925, apparition de Joséphine Baker sur la scène parisienne.

 

 

Ce sont les années folles et l’apogée des revues nègres. Les femmes devaient, pour y participer, avoir la peau claire. Etaient mises en exergue la sensualité et l’animalité supposées du Noir. Joséphine Baker joua à fond sur cette tendance. Le Noir était à la mode.

 

Le défrisage au fer chaud se banalise et devient normal. Il est considéré comme une innovation en matière esthétique.

 

Joséphine Baker se défrisait les cheveux et se blanchissait la peau en la frottant avec du citron.

 

Perruques et postiches ont toujours la côte.

 

Au début des années 20, les hommes commencent à se raidir les cheveux. Aux Etats-Unis, apparaît le style « conk », les cheveux sont défrisés, courts sur les côtés, gonflés au-dessus.

 

 

On commence à trouver des lotions à défriser. L’une d’entre elles se nomme : « plus jamais crépu » (kink-no-more).

 

En 1930, les locks font leur apparition en Jamaïque.

 

En 1928, la mode des lèvres pulpeuses est lancée par l’actrice blanche Clara Bow. Ce qui n’était pas apprécié sur un visage noir apparaît beau sur un visage blanc.

 

 

En 1923 , la mode du bronzage est lancée par Coco Chanel.

 

L’idéal était la peau métissée, caramel clair.

 

A Hollywood, on trouve deux types de femmes noires : la mammy asexuée et la jeune première
à peau claire. Pour une femme, la couleur est un facteur déterminant dans une carrière.

 

Pour les hommes, c’est encore plus difficile. Paul Robertson est la seule exception. Il fit carrière en Angleterre.

 

Le milieu indépendant du cinéma noir commence à faire parler de lui. Il a ses propres stars mais le critère de couleur plus ou moins sombre était toujours mis en avant, les peaux claires étant bien sûr davantage valorisées.

 

La suite ? C'est par ici : http://www.crepuesanscontraintes.com/blog/lire-article-357368-8836254-black_beauty__4eme_partie.html

 

Ci-dessous une vidéo de Joséphine Baker, son déhanché ne vous rappelle-t-il pas celui de nombreuses filles dans certains clips récents ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Si cet article vous a plu, vous êtes libre de le partager.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Crépue sans contraintes en version PDF
Prix : 3.99 €

 

 

 

 

 

 

 

disponible en version papier noir et blanc sur AMAZON et sur lulu.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



10/03/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 150 autres membres